Community Service / Listen

20/02/2014 - 01/02/2014

"Depuis une dizaine d'années je peins des murs, des trains et toutes sortes d'autres objets du tag Listen ('Écoute'). J'ai choisi Listen puisque plus je l'écrivais, plus les réactions étaient marquées, ce qui a nourri mon côté contestataire. Les gens semblaient prendre le mot à la lettre, et parfois même y répondait en écrivant 'quoi?' dessous.

L'art du tag m'a toujours fasciné car le geste est considéré comme moindre par rapport aux autres utilisations du graffiti comme les murales ou les pochoirs. Loin d'être un geste puéril, même les tags les plus rudimentaires ont un but sophistiqué: se réapproprier un espace qui se targue d'être une propriété privée, qui exclut, ou qui encourage la consommation passive et irréfléchie, et le retourner un tant soit peu au 'public'.

Le tag brouille les limites du privé/public en attirant l'attention du passant vers une différence dans le paysage -- la trace de la main de quelqu'un, un individu. Pourtant, la nature illégale et souvent anonyme des tags ou du graffiti en fait un discours sans auteur, et en masque l’acte et la motivation. Par conséquent, les tags ont un effet différent à chaque fois qu'ils sont apposés. Lorsque le tag apparaît dans un lieu, temps ou sous une forme différente, sans aucune explication, le mystère s'épaissit. J'essaie de pousser cet aspect le plus possible en taguant des endroits étranges ou lointains (souvent à l'extérieur des villes), en le changeant le plus possible, et en alternant les esquisses vites fait aux dessins plus soignés.

Quelques années après avoir commencé à écrire Listen, le Listen Bird (l''oiseau Listen') est apparu et je l'ai adopté. Facile à griffoner rapidement pour repartir aussi vite, la présence de l'oiseau m'a servi à souligner le mot Listen et son aspect injonctif. L'oiseau a donné un visage à l'ordre d'écouter, mais a également empêché le tag de se prendre trop au sérieux et de devenir trop prévisible; souvent, Listen Bird chante du rock ou exige des friandises dans son philactère.

Travail communautaire est l'occasion pour moi de donner voix à tout ce que j'ai essayé de représenter à travers l'oiseau: le sens, les intentions et les buts de l'écriture graffiti, et la vie de ceux qui y prennent part."

"I have been painting walls, trains and other objects under the Listen tag for close to a decade. I stuck with the word 'Listen' because the more I would tag, the more polarizing a reaction it seemed to get. People took the word as a command and would sometimes write under it: 'To what?' Something in this reaction fueled my contrarian side.

Tagging in general has always fascinated me because it falls on the wrong side of the “good/bad” graffiti divide, considered “lesser” than the medium’s other manifestations. Far from a more juvenile form of graffiti, even the roughest tagging has a sophisticated motive: to take spaces that aggressively assert private ownership, exclusion and passive consumption and return them ever so slightly to 'the public.'

Tagging confuses the private/public boundary by directing our attention to something else in the landscape - a person’s hand, a private individual. Yet the illegal and/or anonymous nature of tags or graffiti mean that they speak without the artist present, and so always draw a veil of obscurity over the act and its motives. As a result, tags not only have different effects every time they’re thrown up, they open a kind of ongoing mystery as the tag is spotted in different places and times and iterations, never fully explained. I try to push this as far as possible by putting the tag in odd and faraway places (often non-urban spaces), mutating it as much as possible, and switching between quick scrawls and elaborate pieces. A few years into doing the Listen tag, the 'Listen bird' popped up and I stuck with it. Simple to “draw and get away,” the presence of the bird seemed to amplify the “command” and presence of the word, 'Listen.' The addition of the bird conveyed a seriousness of moral purpose in the command, but also prevented things from getting a little too serious or predictable, the bird often quoting classic rock songs or demanding snacks in speech balloons.

With Community Service, I want to give voice to all the purposes I have tried to make the bird iconically stand for: the meaning, motives and purposes of writing and the lives of the people who do it."